Les réseaux sociaux sont de nos jours, incontournables dans la vie et les activités de tous. Ce sont les moyens de communication les plus utilisés dans le cadre des échanges et des transactions de tout type. Ils fonctionnent essentiellement à partir des données personnelles renseignées et partagées par les utilisateurs. Ainsi, tout type de données peut être renseigné, allant de simples informations, aux informations les plus sensibles.

Entre les messages (envoyés, reçus), les publications faites, les différentes offres de services et les centres d’intérêts, les plateformes de réseaux sociaux (Facebook, Instagram, WhatsApp) récoltent une abondante quantité d’informations personnelles.

C’est le flux important de toutes ces informations personnelles dans l’écosystème des réseaux sociaux, qui attire la plupart du temps, des personnes malveillantes ; appelées généralement cybercriminels, usurpateurs ou pirates.

Les attaques de ces cybercriminels peuvent provenir de diverses sources et être de tout ordre. Le vol de votre appareil électronique (smartphone, ordinateurs portables, tablettes, etc.), mais aussi la faiblesse des mots de passe qui constitue l’une des failles récurrentes.

Par défaut d’un mot de passe solide, les cybercriminels peuvent aisément prendre le contrôle de votre profil social. Cela constitue un accès non autorisé et une violation des données personnelles, condamnables par les lois en vigueur.

L’infraction première que les pirates commettent est principalement l’usurpation d’identité. De cette usurpation d’identité découle d’autres types d’infractions.

Par usurpation d’identité, il faut simplement comprendre le fait pour une personne d’utiliser les données personnelles d’autrui sans son accord, à des fins malveillantes. Ainsi, une fois volées, ces informations peuvent servir aux usurpateurs, pour nuire à votre réputation, réaliser des opérations financières ou commettre des actes répréhensibles en votre nom.

Les conséquences de ces actes sont toujours désastreuses tant pour la personne qui voit son compte piraté et ses données volées, que pour ses proches. Des données bancaires, de santé ou des informations compromettantes sont finalement à la portée de ces cybercriminels. Les usurpateurs peuvent voler vos données via un piratage ou se faire passer pour un organisme privé ou public connu, dans le but d’instaurer un climat de confiance et de vous amener à communiquer des informations personnelles.

Ces propos sont corroborés par les faits récents qui se déroulent sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. En effet, il revient de façon récurrente que certaines personnes sont victimes de piratage de leur compte Facebook. Les informations étant donc à la merci des cybercriminels, ceux-ci usent de diverses ruses pour contacter les proches des victimes, afin de leur soutirer des sommes d’argent. Ce phénomène persistant, il est apparu important pour nous, Groupe DPSE, de vous informer et de vous sensibiliser sur les bonnes pratiques à adopter.

Vous n’avez jamais été victime d’un cybercriminel ? Protégez-vous !

D’abord, utilisez des mots de passe robustes et entreprenez de les changer assez régulièrement.

Ensuite, utilisez les paramètres de sécurisation proposés par les réseaux sociaux eux-mêmes. Il y en a plusieurs. Sur Facebook par exemple, nous avons :

  • L’activation de la double authentification :

Lorsqu’elle est activée, la double authentification vous demandera un code à usage unique quand vous vous connectez depuis un nouvel appareil. Concernant Facebook, ils offrent 3 méthodes de double authentification. Ces options sont disponibles dans les paramètres -> sécurité et connexion.

  • La réception d’alertes en cas de connexions non reconnues :

Le meilleur moyen de savoir si quelqu’un se connecte à votre compte Facebook est d’en être alerté. Grâce à une option disponible dans les paramètres de l’application Facebook, le réseau social peut vous envoyer un mail de notification dès lors qu’il détecte une connexion depuis un appareil ou un navigateur non reconnu. Si vous n’en êtes pas à l’origine, on vous conseille alors de changer de mot de passe très rapidement.

Cet outil de sécurité est aussi disponible dans les paramètres ->sécurité et connexion.

  • La mise à jour de ses informations :

En cas de compte piraté, Facebook utilise les informations dont il dispose pour vous rétablir l’accès à celui-ci. Le réseau social va notamment avoir besoin de votre numéro de téléphone, ainsi que d’une ou plusieurs adresses électroniques pour vous envoyer des messages de confirmation ou des codes de connexion.

Il est donc primordial que les informations détenues par Facebook soient à jour, auquel cas la plateforme ne pourra pas authentifier votre identité. Il est également possible de lier plusieurs adresses électroniques à son compte Facebook. Cela peut être utile dans le cas où plusieurs de vos comptes sont piratés. Mais attention à bien utiliser des mots de passe différents.

Vous avez été victimes ou vous connaissez un(e) proche qui a été victime de ce phénomène ?

Sachez que vous pouvez porter plainte auprès de la DITT (Direction de l’Information et des Traces Technologiques), qui est une Plateforme de lutte contre la Cybercriminalité. Ils se feront forts de retrouver les traces de ces cybercriminels.

Nous encourageons les victimes à de plus en plus porter plainte pour dissuader ces délinquants. En général, nombre de personnes estiment que porter plainte ne servira à rien. Mais ce n’est pas vrai ! Si nous restons sans agir, ce phénomène ne reculera jamais.

Pour toutes problématiques et préoccupations relatives à la protection des données à caractère personnel, à la cybersécurité, la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, n’hésitez pas à contacter Groupe DPSE.

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire